L’autre histoire du roi en ce dimanche des Rameaux

Prédication du Pasteur Andreas Braun du dimanche des Rameaux, 10 avril 2022 au Temple de Talence

Lectures bibliques

Nous vous invitons à lire le premier texte en ligne sur www.lire.la-bible.net

« Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne appelée montagne des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples, en disant: Allez au village qui est en face; quand vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel aucun homme ne s’est jamais assis; détachez-le, et amenez-le. Si quelqu’un vous demande: Pourquoi le détachez-vous? vous lui répondrez: Le Seigneur en a besoin. Ceux qui étaient envoyés allèrent, et trouvèrent les choses comme Jésus leur avait dit. Comme ils détachaient l’ânon, ses maîtres leur dirent: Pourquoi détachez-vous l’ânon? Ils répondirent: Le Seigneur en a besoin. Et ils amenèrent à Jésus l’ânon, sur lequel ils jetèrent leurs vêtements, et firent monter Jésus. Quand il fut en marche, les gens étendirent leurs vêtements sur le chemin. Et lorsque déjà il approchait de Jérusalem, vers la descente de la montagne des Oliviers, toute la multitude des disciples, saisie de joie, se mit à louer Dieu à haute voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus. Ils disaient: Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur! Paix dans le ciel, et gloire dans les lieux très hauts ! »

Luc 19 : 28-38
La croix en bois dans le Temple de Talence décorée pour ce dimanche des Rameaux

Chers amis,

Aujourd’hui, la France ne va pas élire un nouveau roi – certes – même si on peut entendre par ici et par là des remarques allant dans ce sens.

Vous allez voter pour un président et j’espère de tout mon cœur que l’histoire du livre des juges ne sera pas votre histoire, c’est à dire que le pire des candidats, le dernier des derniers, sera celui qui acceptera cette charge, mais que ce soit le meilleur – loin d’être parfait – mais plein de respect pour les autres.

L’autre histoire du roi – pas celle des arbres mais celle de Jésus, du Messie est la nôtre aujourd’hui, dimanche des Rameaux.

Ce jour-là on l’a littéralement porté sur les bras pour qu’il prenne possession de la capitale, de Jérusalem. On l’a glorifié, on l’a chanté et tout le peuple était dans la joie, même si le quotidien était difficile, même si les conditions de vie sous le joug romain étaient dures, même si certaines paroles prononcées par le Messie dérangeaient, aujourd’hui il était leur roi, celui que le peuple se donnait, celui qu’il prenait de la main de DIEU…

Le peuple ne voulait pas entendre Jésus, quand il parlait sur la montagne du royaume de Dieu – oh oui, il n’avait pas annoncé le royaume de « Jésus premier », un royaume terrestre où il n’y aurait plus ni Romains, ni impôts, ni violence, mais il avait annoncé le royaume de DIEU, cet autre royaume qui commence avec lui et avec vous.

Le royaume de DIEU qu’avait apporté Jésus est un royaume qui reste à faire …. par vous.
Ne croyez pas les gourous ou candidats qui vous promettent un royaume où vous n’aurez rien à faire, mais écoutez de quelle manière Jésus veut vous impliquer dans le royaume de DIEU.

Oui, vous impliquer, il veut vous faire travailler, pas 15 heures par mois, ni jusqu’à l’âge de 62 ou 65 ans, mais toute la vie – le royaume de DIEU ici sur terre n’existe qu`à travers vous – car vous êtes le sel de la terre et vous êtes la lumière du monde, comme nous l’avons entendu tout à l’heure.

Le peuple qui avait élu ou choisi son roi, ce jour des Rameaux ne voulait pas entendre les paroles de leur soi-disant roi, quand il parlait d’aimer les ennemis, quand il parlait d’accueillir les étrangers ou encore de vêtir les pauvres, et nourrir les affamés et visiter les prisonniers …

Le peuple avait ses propres idées et ne voyait que les signes, mais les interprétait de manière égocentrique.

Les signes étaient pourtant clairs : Les paralysés marchaient de nouveau, les aveugles voyaient, et les morts ressuscitent – maintenant il n’y plus qu’à chasser les Romains, se mettre sur le trône de Hérode, abolir les impôts qu’on paye aux Romains, baisser les prix pour les choses de la vie quotidienne et renvoyer tous les païens dans leur pays d’origine, car en Israël on vénère depuis toujours le vrai et seul Dieu vivant qui avait choisi, il y a fort longtemps déjà son peuple élu.

Tout pour nous – le Messie, le royaume de notre DIEU – et rien pour les païens, les autres.

Ils espéraient une sorte de « Israel first », si je peux me permettre. Et ils ont été déçus terriblement, déçus à tel point qu’ils criaient quelques jours seulement plus tard « Crucifie-le », et qu’ils le traitaient comme un criminel, juste quelques jours plus tard, qu’ils le mettaient à égalité avec les terroristes et assassins, juste quelques jours plus tard…

Pour ne pas être déçu de cette manière, chers amis, il faut bien écouter et lire le programme de votre roi, comme vous le faites avec les programmes des différents candidats.

Vous allez découvrir que le Messie ne promet pas une vie en rose, mais une vie engagée, il n’offre pas de solutions à tous vos problèmes mais vous promet seulement d’être à vos côtés, toujours et partout. Il n’est pas celui qui entre avec triomphe dans la capitale, mais avec délicatesse et douceur dans votre existence. Il ne domine pas le monde, mais veut partager avec vous votre vie. Il ne combat pas le mal avec toute la force et la violence, mais simplement avec le bien, si souvent mal-compris, si souvent décrié comme faiblesse.

Chers amis,

Si son programme vous parle, votez pour lui, plus encore, suivez-le, accrochez-vous à lui et ne le lâchez plus jamais, celui que le peuple a vraiment crucifié parce qu’il ne marchait pas selon leurs idées, celui qui est mort et ressuscité pour vous donner espérance et une vision pour la vie ici et maintenant.

Amen

Prière des Rameaux

Seigneur,

Merci pour ce que tu es pour moi, pour ta promesse et ta fidélité. Ton Évangile de la Bonne Nouvelle m’apprend sans cesse à espérer, malgré ce monde traversé par le mal et la pourriture. Ta Parole m’invite à espérer dans ce monde que tu maintiens par ton souffle de vie.

« Béni soit Celui qui vient, le roi, au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » (Luc 19,38)

Je veux te prier pour soutenir mon espérance et t’appeler à l’aide lorsque je me sens impuissante devant les événements qui bouleversent ce monde.

Je te prie pour les Ukrainiens. Je te prie pour ceux qui affrontent les ravages de cette guerre. Je te prie pour la population sur place qui ne peut pas fuir et qui se retrouve coincée sous les bombardements. Je te prie pour la population qui a déjà fuit et qui vit douloureusement l’obligation de l’exil.

Je te prie pour ceux qui, en Russie, se révoltent contre cette guerre et qui sont empêchés de s’exprimer à cause de la répression.

Je te prie pour les populations des pays limitrophes qui accueillent les réfugiés Ukrainiens et qui tentent d’apaiser leur angoisse.

Malgré ma réticence, je te prie aussi pour ceux qui sont les bourreaux, qui tuent, torturent ou maintiennent les populations dans l’angoisse. Je te prie pour qu’ils soient stoppés dans leur folie. Puisses-tu faire barrage à leurs actes de destruction et de violence. Puisses-tu les toucher pour qu’ils cessent de croire que seuls la violence et le pouvoir destructeur sont la marque des forts. Puisses-tu les faire revenir à leur condition humaine et qu’ils cessent de se prendre pour des dieux tout-puissants.

Je te prie pour les dirigeants des pays Européens. Je te prie pour ceux d’entre eux qui tentent de ramener la paix sans ajouter de la violence à celle qui s’exerce déjà. Puisses-tu les inspirer pour trouver les paroles et les gestes de désescalade.

Seigneur, garde moi aussi attentive aux autres situations tout aussi dramatiques qui existent ailleurs dans le monde. Au Mali une autre guerre détruit la vie de la population. A Madagascar, les épisodes climatiques violents ont encore aggravé les conditions de vie de la population. En France, des exilés non Ukrainiens tentent de vivre dignement malgré l’hostilité qu’ils subissent.

Je te confie toutes ces situations, et même celles dont j’ignore tout mais que Toi tu connais.

Seigneur, aide-moi à dépasser mon sentiment d’impuissance, pour m’en remettre à Toi. Aide-moi à garder mon espérance éveillée et combative pour ne pas baisser les bras, pour ne pas me laisser entraîner à la peur et à la haine de l’autre.

Comme la foule des disciples je crie de joie en ce dimanche des Rameaux : « Béni soit Celui qui vient, le roi, au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » (Luc 19,38).

Ta force, c’est d’avoir pleinement assumée la fragilité humaine, de l’avoir partagée par ton incarnation. Aide-moi à ne pas me défiler… Aide-moi à assumer cette fragilité et à porter sur mes proches et mes lointains le même regard que Toi tu portes sur chaque être humain.

Cette année, en ce dimanche des Rameaux, c’est aussi jour d’élection. Que mon vote soit inspiré par ton espérance, loin des discours de peur et rejet. Que ma voix traduise mes convictions dans la confiance en ta Parole.

Amen

Anne-Marie Feillens, Présidente du Conseil régional Sud-Ouest de l’EPUF, Pasteure à Orthez

Partager